Vision(s) du Monde

Projection Hobo-Dyer du monde

« Australie centrique »

Cette projection centrée sur l’Australie (carte ci-dessus), extraite de l’Atlas des atlas (Courrier International, 2005) représente un monde inversé : le Sud est orienté vers le haut, et le Nord vers le bas. La rotation met en avant l’Australie, l’Indonésie et la Chine en les plaçant au centre du monde. Ce planisphère offre une vision radicalement différente du monde, de ses continents et de ses entités géopolitiques. L’Océan Pacifique se retrouve au centre tandis que l’Atlantique se retrouve sur les côtés. L’Hobo-Dyer conteste les hypothèses de base de ce que devrait être le haut et le bas du monde.

Une représentation du monde faussée ?

Nous sommes dotés d’une multitude de planisphères qui représentent des manières différentes de percevoir le monde. On interprète celui ci différemment selon notre propre position. La carte est supposée être objective, elle cache cependant un point de vue subjectif.

Représentation standard du monde (Mercator Projection) – source : transpacificproject.com

La carte Mercator a été crée afin de faciliter la navigation des marins. Ils pouvaient ainsi tracer des lignes droites de ports en ports pour naviguer de façon précise. Si l’on compare cette carte avec les réalités des superficies des pays ou continents, il apparait clairement que la carte est disproportionnée. Le monde est modifié : l’Amérique du Nord apparaît plus grande que l’Afrique, alors que la superficie de l’Afrique est supérieure. L’Europe est représentée plus grande que l’Amérique du Sud, ce qui n’est pas le cas. Cette carte a tendance à sur-exagérer la taille de l’hémisphère nord. C’est au 18ème siècle qu’elle va devenir standard ; même si sa manière de représenter le monde est erronée. La carte « Australie-centrique » Hobo Dyer modifie cette perception en ayant une meilleure précision de la taille des pays et des continents.

Le monde selon Stuart McArthur (1979) – source : googleimages.com

La cartographie comme outil de communication

Malgré tout, on ne peut pas, à plat, respecter d’une part les distances et les angles. Autrement dit aucun planisphère ne donne une représentation correcte du monde. Une carte est avant tout un moyen de communiquer, elle est interprétée différemment selon l’information qu’elle contient. Un continent peut être représenté d’une certaine façon afin de montrer sa supériorité par rapport à un autre continent. Par exemple, l’Afrique est beaucoup plus grande que celle des planisphères européens. La Terre est ronde et l’Europe que nous avons l’habitude de voir au centre d’une carte donne donc une représentation faussée de la réalité géographique. La carte est subjective, on la réalise avec les informations que l’on souhaite diffuser. Le problème est qu’on ne peut jamais tout représenter, on doit ainsi prendre des décisions au risque de dénaturer un pays ou continent. Les couleurs et tailles choisies peuvent être interprétées d’une certaine manière comme de la  propagande. Depuis toujours, la cartographie est interprétée comme science exacte au même titre qu’1 et 1 font 2. Par exemple, L’Europe parait plus grande que la Chine alors qu’en réalité, la Chine fait le double de sa taille. Le but de cette manoeuvre est ainsi de mettre en avant sa supériorité pour symboliser sa domination. Tous ces choix ont été fait délibérément afin d’influencer celui qui regardera la carte.

La Projection de Fuller : représentation universelle du monde ? 

La projection de Fuller (source : mediapart)

La projection de Fuller (source : mediapart)

C’est Richard Buckminster Fuller qui, en 1946, va réaliser une projection du monde grâce à vingts triangles pouvant être déplacés et positionnés différemment. La carte n’a ni haut ni bas, ni nord ni sud. Elle comporte beaucoup moins de déformations par rapport à une carte Hobo Dyer ou Mercator. Selon l’auteur de la carte, « Ce planisphère rassemble tous les continents dans un ensemble sans discontinuité comme les astronautes peuvent voir la Terre de leur vaisseaux spatiaux. Il aide les hommes à prendre conscience que la planète est un système interdépendant ». Cependant, la vue est orientée selon le Pôle Nord. On peut également remarquer que la carte est centrée sur les États-Unis, ce qui peut se traduire par son rôle dans la seconde guerre mondiale mais aussi par sa puissance mondiale. Alors, sera t-il possible un jour de représenter le monde de façon universelle ?

Ecrit par Marina F, avec Estelle M et Zoe B
Publicités