Exactitudes

L’habit (ne) fait (pas) le moine

L’oeuvre d’Ari Versluis et Ellie Uyttenbroek rassemble des personnes en fonction de plusieurs critères. Ces derniers permettent de regrouper les individus dans un ensemble. La tenue vestimentaire est un des critères que les artistes ont exploités.
Un groupe de femmes en tenue de sport, des hommes en manteau de pluie coloré, des enfants habillés pour aller à l’école, des jeunes en sweat-shirt, sont autant de catégories qui peuvent être définies. Que l’on se prépare pour aller travailler, que l’on sorte acheter une baguette le dimanche, ou que l’on décide de se « looker » pour une soirée, tous ces actes suffiraient-ils donc à nous faire entrer dans une certaine norme?
Que l’on attache ou non de l’importance à notre style vestimentaire reviendrait au même. Cette œuvre amène donc à réfléchir à l’importance des vêtements, aux significations qu’ils peuvent avoir.
Les vêtements peuvent être perçus comme des signes, des indices.
On peut prendre l’exemple des bottes qui seraient un signe météorologique et qui symboliseraient le mauvais temps. On peut citer le port d’une jupe pour une femme qui soulignerait le sexe de la personne. On peut aussi prendre le cas d’une personne âgée qui s’habille différemment d’un adolescent et qui est un indice de l’âge d’un individu.
Les vêtements peuvent donc être les représentants de la personnalité, de l’identité d’une personne, qu’elle le veuille ou non.

Campagne de publicité Benetton

Campagne de publicité Benetton – Printemps / Eté  2012 – Yumi Lambert

Les clichés en série

La photographie Exactitudes utilise une série de clichés. Chaque tableau est ainsi composé d’une série de 12 portraits.
L’utilisation des séries permet le renforcement d’une œuvre, la création d’un groupe. L’association de plusieurs éléments constitue un tout. Par conséquent, l’œuvre devient plus massive et plus imposante.
Attirant plus le regard et obligeant ainsi le spectateur à se plonger dedans, à l‘observer attentivement, l’œuvre s’inscrit alors dans la mémoire de celui qui la regarde.
Devant une série de clichés, le public peut regarder, observer, analyser, considérer l’œuvre dans son ensemble, puis prendre chacun des éléments les uns après les autres, ou créer de nouveaux sous-ensembles relevant d’une réflexion personnelle.
L’œil est amené à faire ses propres rassemblements, intuitivement ou suivant une interprétation personnelle.
Cela amène à plusieurs pistes de lectures différentes selon la perception que l’on a, selon si l’on envisage l’œuvre dans son ensemble ou pas.  Plusieurs éléments créent un tout.
Il existe plusieurs types de séries, celles qui vont représenter exactement la même chose sans nuance, mais en reproduction massive, dans le but d’envahir un espace et de créer une atmosphère presque étouffante. Mais aussi, il existe des séries de choses ou de situations qui se ressemblent avec par exemple des photographies représentants des mains, ou des étagères. Dans ce cas là le nombre de clichés sera moins important, le but de l’artiste étant plus d’amener le spectateur à réfléchir, à interpréter.

Scotch Tape Series

Naman Photography « Scotch Tape Series » © 2013 Wes Naman

Scotch Tape Series

Naman Photography « Scotch Tape Series » © 2013 Wes Naman

Scotch Tape Series

Naman Photography « Scotch Tape Series » © 2013 Wes Naman 

 Appartenance à un groupe

En créant Exactitudes, les artistes ont mêlé l’art et la sociologie. Les individus pris en photo aux quatre coins du globe ont été choisis sur le vif, dans une gare, ou une rue. Leur tenue vestimentaire n’a pas été déterminée au préalable par les auteurs de l’oeuvre.
Ces individus lambdas ont donc été photographiés tel qu’ils choisissent de se présenter au monde, au travers de leurs vêtements, leurs uniformes du quotidien.

La formation de plusieurs types d’individus a donc été faite au fur et à mesure représentant ainsi une vérité inaliénable à notre société : le besoin d’appartenance à un groupe.En effectuant ce travail, les auteurs ont réussi à dresser un véritable tableau social.

 
 
Ecrit par Zoe B, avec Estelle M et Marina F
Publicités