Derrière le masque des Anonymous

-

Le 11 février 2011, Johanna Laguerre éternise la manifestation parisienne des Anonymous contre la loi ACTA


Qui sont les anonymous ?

Guy_Fawkes_portrait

Portrait de Guy Fawkes de peintre inconnu

Les anonymous, c’est un collectif créé entre 2003 et 2004 ; il regroupe nombre d’informaticiens hacktivistes luttant notamment sur internet contre les « lois liberticides » dans le monde entier. Tantôt appelés des pirates, des hackers, ou même des cyberhéros pour certains, ils considèrent que la propriété sur internet « c’est du vol ». Ils ne sont régis par personne, ils agissent selon leur propre conscience et leurs règles (Rules of the Internet), qu’ils ont d’ailleurs posées sur le site 4chan. Ils sont connus notamment pour les actions qu’ils ont menées comme l’attaque du site Mastercard en 2010 suite à leur renoncement à proposer leur service pour le site Wikikeaks. Depuis 2010, le collectif s’est surtout concentré sur les pays à forte censure sur internet et a donc, a sa façon, contribué au printemps arabe. On reconnait les anonymous à leur masque blanc, qui rappelle les masques théâtraux. En vérité, les anonymous tirent leur visage de Guy Fawkes ; homme qui, en 1605 a failli bruler le palais de Westminster. Plus tard, on le célébra dans les rues de Londres. C’est dans les années 1980 que son visage sort de l’ombre puisqu’il inspire DC Comics qui en fait un justicier masqué ; la bande dessinée est adaptée au cinéma en 2005 et devient vite un blockbuster. Les anonymous se l’approprient lors de leurs manifestations, montrant donc leur volonté d’agir en héros masqués, anonymes.

L’utilisation industrielle du lobby anonymous ?

anonymous-oasis

Campagne publicitaire de la marque Oasis en 2012

On estime le collectif mondial des anonymous ne s’élevant pas à plus de 10 000 membres dans le monde entier, pourtant ils ont su faire suffisamment parler d’eux pour devenir aujourd’hui l’emblème de  la lutte pour les droits des internautes, et même pour la justice. Après la diffusion du film V pour Vendetta, le masque, pourtant inquiétant,  a déjà été détourné en objet industriel diffusé en masse : on le trouve dans toutes les boutiques de farces et attrapes. Pourtant, c’est réellement quand les anonymous s’en emparent que ce masque devient un symbole.Les marques comprennent, pour certaines, elles aussi l’importance de ce phénomène que sont les pirates qui s’identifient aux anonymous. Des marques qui surfent sur les succès du moment et les références actuelles pour leurs campagnes de pub parodient le collectif : c’est le cas d’Oasis en 2012 par exemple. Cette année, le collectif avait fait parler de lui, notamment en France (Pays d’origine de la marque), après la fermeture du site Megaupload. En effet, Anonymous avait menacé de fermer le site de l’Elysée, et avait finalement attaqué le site de la HADOPI en guise de démonstration de leur mécontentement envers le gouvernement français qui s’était montré favorable à la fermeture du site.

Le symbole du masque

Le masque, représente traditionnellement un visage artificiel, il est utilisé pour ne pas être reconnu, dans le but de faire peur ou dans un objectif de protection. L’histoire a donc beaucoup connu l’utilisation du masque. Les masques les plus anciens, retrouvés à ce jour, datent de plus de 7000 ans avant Jésus Christ. Ils étaient portés lors de cérémonies et rituels, et représenteraient les esprits ancestraux.

Masque et Costume du canaval de Venise (2011)

Masque et Costume du canaval de Venise (2011)

Le masque est aussi utilisé plus tard, à l’époque romaine par exemple, lors des représentations théâtrales pour mimer les expressions du visage. Au Moyen-Age, en Europe, le masque est essentiellement utilisé lors de cérémonies, dans un but d’anonymat et donc de plus large liberté. Aujourd’hui, le carnaval de Venise et ses célèbres masques témoignent de cette pratique. En effet, depuis le Xe siecle, le public se déguise pour garantir l’anonymat, gommer les classes, et donner sa chance à tout le monde de devenir qui il souhaite. Le but de se carnaval était initialement de laisser place à la cohésion sociale, car le riche pouvait porter le costume d’un pauvr et vice-versa. Le masque et le costume devait être non seulement porté mais la personne qui le portait devait interpréter son personnage. Ainsi, les personnages les plus célèbres du carnaval sont tirés de pièces de la comedia del’arte. Aujourd’hui, il n’est plus qu’une tradition et surtout un événement touristique majeur en Europe.

Hugo Monier, Samuel Rochwerg, Marianne Joly

Publicités