Mondrian, précurseur de la modernité

mondrian

Piet Mondrian (1872-1944), Composition avec rouge, 
jaune, bleu et noir – 400×400 – 1921, Pays Bas, peinture (huile sur toile)

L’œuvre Composition avec rouge, jaune bleu et noir de Piet Mondrian (1872 – 1944) est devenue une référence mondiale. Déclinée partout et reconnaissable au premier coup d’œil, ses couleurs primaires encadrées de lignes noires nous sont aujourd’hui familières. Abstraite, austère, elle donna naissance au mouvement De Stijl : absence de courbes et d’obliques, présence de couleurs pures (jaune, rouge, bleu) et de non-couleurs (gris, noir, blanc). Le peintre prétendait faire un amalgame entre l’art, la matière et l’esprit afin de saisir une harmonie universelle. Désireux d’impulser cette nouvelle vision de l’art, il est devenu l’un des artistes qui a le plus influencé le monde actuel.

De la musique dans la peinture

Ce style à base de lignes géométriques et de couleurs était  la « représentation d’un rythme horizontal – vertical exprimant l’unité des principes universels du masculin et du féminin, du spirituel et du matériel ». Mais derrière cette quête de la perfection géométrique se cache un sentiment, une intuition, un rythme. Le titre de l’œuvre « Composition » serait-il la clé de la lecture ? La rigueur des lignes fait référence à une partition de musique dont les quelques notes seraient symbolisées par les touches de couleurs. Selon sa biographie, Mondrian est un grand amateur de Jazz qu’il écoute dans son atelier en travaillant. Effectivement, il développe cette passion lors des nuits parisiennes qu’il fréquente de 1912 à 1938, puis à New-York où il découvre le Boogie-Woogie.

New-York vue d’en haut

Lorsque Mondrian découvre New York en 1940, la ville l’enchante. Géométrique, lumineuse, colorée, elle fait directement écho à ses propres recherches.
L’utilisation de figures géométriques et de lignes droites font références à une ville vue du ciel. Pour lui « le rapport [de la verticale à l’horizontale] est à l’image de la dualité et des oppositions qui régissent d’une façon générale la vie et l’univers – le masculin et le féminin, l’extérieur et l’intérieur, le matériel et le spirituel ». Ce rapport est largement visible si l’on survole New-York : les rectangles de couleurs représenteraient des blocs d’immeubles côte à côte, les lignes épaisses de couleurs noires seraient la représentation des rues. La couleur jaune symboliserait les taxis, le rouge et le bleu évoqueraient alors les grandes enseignes colorées et agressives. New-York présente en effet une symétrie rigoureuse : structure en colonne, rues et avenues qui s’entrecroisent. On pourrait croire que Piet Mondrian rend donc ici un véritable hommage à la ville qui l’a accueilli durant la Seconde Guerre Mondiale.

Mondrian : symbole d’une modernité ?

Nul ne pourrait contredire le fait que l’œuvre de Mondrian inspire quantité d’interprétations, pas toujours très réussies. Néanmoins, nombreux sont les artistes qui lui rendent hommage au travers d’objets designs, comme par exemple la célèbre chaise Red and Blue de Rietveld ainsi que La maison Schröder. Dans le domaine de la haute-couture, Vivienne Westwood, Moschino et Yves-Saint-Laurent ont également imaginé des vêtements inspirés de son travail, comme la robe présentée lors du défilé Yves-Saint-Laurent automne-hiver 1965. Courte et droite, cette création semble manifester le désir nouveau d’une modernité assumée par la femme. La mode des années 60 fait en effet correspondre le progrès et la contestation dans une véritable révolution des apparences. La place des femmes dans la société a bien changé : devenues actives, elles recherchent des vêtements favorisant la liberté de mouvement. Cette révolution de la femme accompagne la vision de Mondrian, à savoir le « néoplasticisme », un art débarrassé de toute forme de représentation traditionnelle. De ce fait, l’artiste a créé un langage, dont le code graphique permet de reconnaître immédiatement sa signature. On trouve aussi un choix non exhaustif et parfois discutable d’objets dérivés : table d’appoint, lampe, coussin, cake, gel etc… Son influence ne s’arrête pas là. On retrouve également de nombreux sites utilisant une structure en grille renvoyant au travail de Mondrian.

Le style Metro développé sur la nouvelle interface graphique Windows 8 témoigne de l’influence perpétuelle de l’artiste jusque dans nos usages les plus courants. Cet univers est reconnaissable par sa typographie, son mouvement, sa mise en page de type grille et sa simplicité. Le Corbusier s’est aussi fortement inspiré du travail artistique du peintre néerlandais pour la conception de sa cité radieuse à Marseille, notamment pour le traitement des couleurs des unités d’habitations.

L’héritage artistique de Mondrian ne se réduit donc pas à de simples reproductions d’objets dérivés, mais à une influence considérable dans tous les domaines confondus.

Louise-Anne E, Laura M, Laura D, Léna G

Publicités