America’s Army

america-s-army

Photogramme tiré de America’s Army, un jeu vidéo de tir tactique

 

Les jeux vidéo s’inspirent de la réalité

Crysis-Console-ScreenShot0114

Photogramme tiré de Crysis, jeu vidéo photoréaliste

Ce photogramme tiré du jeu vidéo America’s Army nous révèle l’étroit lien qui existe entre les jeux virtuels et le réel. En effet, dans ce jeu, le joueur incarne un soldat de l’US Army qui doit suivre un entrainement militaire et choisir son rôle (médecin, parachutiste…) avant d’aller combattre.
Les nouvelles technologies de l’image permettent de créer des images virtuelles encore plus réalistes. Par exemple, le jeu de tir Crysis est souvent présenté comme la figure de proue du photoréalisme dans les jeux vidéo.

112170

Photogramme tiré des Sims 4


La plupart des jeux vidéo de combat sont inspirés du réel. Mais ce ne sont pas les seuls. Par exemple, les concepteurs de l’un des jeu vidéo les plus vendus, les Sims, se sont inspirés de la réalité pour créer ce qu’ils appellent une simulation de vie. Le joueur contrôle une famille qu’il doit faire vivre. Les membres de sa famille ont des états humeurs, des besoins à combler, une vie sociale à entretenir et ils peuvent même choisir leurs métiers. Il est évident que ce jeu tend à mimer la réalité et notamment la vie quotidienne. Les créateurs du jeu tentent d’ailleurs de rendre l’esthétisme des personnages de plus en plus réel. On remarque toutefois quelques digressions au réel : fantômes, extra-terrestres et autres créatures existent dans le jeu.

L’univers des jeux vidéo pourrait donc être considéré comme un univers onirique plutôt que tel une représentation du réel. Certes il s’en inspire, toutefois, il le dépasse.

 

L’armée s’inspire des jeux vidéo


Il existe de nombreux ponts entre le jeu vidéo et l’armée. Par exemple,  les images de synthèses produites par l’armée américaine en 1991 se rapprochent nettement de l’esthétisme des jeux vidéo. On pourrait également citer George W. Bush qui, en 2006, a annoncé la fin de la guerre d’Irak en déclarant « The game is over » – ce qui est une référence directe aux jeux vidéo.

jtcoic-ng

Le JTCOIC, simulateur de l’armée américaine

L’armée s’est même récemment mise à utiliser des jeux vidéo, en plus des outils de simulation virtuelle qu’elle utilise déjà depuis quelques années. D’ailleurs, l’armée américaine a récemment recruter le développeur de jeu vidéo Dave Anthony, après la sortie du jeu Black Ops II. Ce  dernier met en scène une guerre froide entre la Chine et les États Unis en 2025.  C’est le réalisme de ce jeu qui a poussé l’armée américaine a recruter son créateur.

Après que les jeux vidéo aient été inspirés par la réalité de l’armée, c’est au tour de l’armée de s’inspirer des jeux vidéos.

 

Les jeux de guerre comme instrument de propagande au service de l’armée américaine

 

Unclesamwantyou

Peinture de L’Oncle Sam pendant la Première Guerre Mondiale, par James Montgomery Flagg (source)

Les jeux vidéo étant un média de masse, ils permettent de transmettre facilement des idées à un grand nombre d’individus.
Depuis quelques années, l’armée américaine et les développeurs de jeux de guerre l’ont bien compris et ont ajouté une nouvelle dimension aux jeux vidéo autre que celle de divertissement. En effet, afin d’améliorer son image, l’armée américaine tente de diffuser les mêmes messages que l’Oncle Sam sur les anciennes affiches de propagande, en utilisant cette fois-ci le jeu vidéo comme un vecteur de promotion du recrutement militaire.

Le 4 juillet 2002, l’U.S Army a cherché à inciter les jeunes à découvrir la réalité des opérations militaires avec le jeu America’s Army. La date de sortie est symbolique car elle commémore le Jour de l’Indépendance des Etats-Unis et renforce ainsi l’aspect patriotique du jeu.

scr_090810-A-AEC-002

Photographie de jeunes hommes participant à un exercice de simulation à l’Army Experience Center de Philadephie (source)

 

Mais l’armée américaine ne s’est pas arrêtée là. En 2009, elle a investit 13 millions de dollars dans l’Army Experience Center, une gigantesque salle d’arcade équipée de trois simulateurs de véhicules de l’armée. Son but ? Recruter les jeunes dans l’armée en leur montrant qu’être un soldat repose sur des valeurs et ne signifie pas juste « porter une arme ».

 

D’autres choisissent de vendre les mérites de l’armée différemment. En plus d’appeler les jeunes à s’engager dans l’armée américaine, certains jeux vidéos tentent de diaboliser l’ennemi afin de prouver que faire la guerre au nom de l’impérialisme américain est une cause noble.
C’est le cas du jeu Call of Duty (en français, l’Appel du Devoir) avec sa propagande jugée anti-communiste où le joueur doit tuer le dirigeant politique Fidel Castro, ainsi que des soldats Viêt-Cong afin de progresser dans le jeu.

La propagande au sein des jeux vidéo est un sujet controversé puisque le but premier d’un jeu est de divertir les joueurs, et non de les endoctriner. Cependant, même si ce type de jeux vidéo comprend un risque de détournement, il faut garder à l’esprit que le joueur est tout de même doté d’un sens critique qui lui permet de faire la différence entre le réel et le virtuel.

Aminata Fall, Katia Rambil et Aude Pontois

Publicités