Lol cat

lol-cat

Un lolcat

Un lolcat est une image humoristique composée d’une photo d’un chat associé à un mot ou une courte phrase (dans un anglais plus ou moins précis). Les premiers lolcats sont apparus sur le forum 4chan entre 2005 et 2006, au sein d’une communauté assez restreinte. C’est en 2007 que le premier lolcat accessible au plus grand nombre a été publié sur le site I Can Has Cheezburger. Par la suite, le phénomène des lolcats s’est étendu, et les lolcats se partagent désormais sur les réseaux sociaux.

AlexTarget

Alex from Target Meme (Source)

Le symbole de la mythologie internet

Le lolcat est un élément central de la web culture. Il s’agit d’un des mèmes internet les plus répandus.
Le mème internet est en fait une réappropriation du concept de Dawkins, qui définissait un mème comme l’équivalent culturel du gène. Il s’agit d’une idée ou d’un phénomène culturel reconnaissable qui est répliqué, combiné ou modifié.

En effet, un mème internet est un élément  repris et décliné en masse sur internet. Il a généralement une visée humoristique et repose sur le principe du détournement. Par exemple, le tout récent mème « Alex From Target » a été crée par le détournement d’une photographie d’un jeune caissier.

1

Confession Bear Meme, et Socially Awkard Penguin Meme (Source)

Puisqu’il désigne l’ensemble des détournements d’une image, le mème internet est par essence collectif, et n’a donc pas de créateur. L’absence d’auteur, et le fait que les mèmes soient créés de manière collective et anonyme renvoient aux formes de créations artistiques de l’Antiquité. La plupart des récits épiques et mythologiques étant en effet transmis à l’oral, ils étaient facilement modifiés. Titiou LeCoq fait d’ailleurs un rapprochement entre les mythologies antiques et ce qu’elle appelle la mythologie Internet. Parmi les mèmes internet, certains symbolisent – à l’image des dieux antiques – des sentiments ou des perversions de l’homme. Par exemple, on retrouve le Confession Bear, qui tend à être cynique et narcissique, ou encore le Socially Awkard Penguin, qui est plutôt mal à l’aise dans les relations sociales.

Toutefois, le chat demeure l’animal fétiche de la culture internet, d’où le succès des lolcats. Il existe d’ailleurs une Bible lolcat, dans laquelle Dieu et Satan sont respectivement représentés par le Ceiling Cat et le Basement Cat.

BTNPointercat01

The Photographer, par Harry Pointer (Source)

Un chat à l’image de l’homme

Le principe même du lolcat est l’anthropomorphisme. Au travers du lolcat, on attribue des qualités humaines au chat ; la preuve en est qu’on lui donne même l’usage de la parole grâce aux textes qui lui sont associés.

Déjà dans les années 1870, Harry Pointer photographiait des chats déguisés dans des postures « humaines ». Les photographies de Pointer pourraient être considérées comme étant les premiers lolcats. Toutefois le terme n’existait pas à l’époque, et la culture du « lol » non plus. Ce ne sont donc à proprement parler des lolcats.
Ce photographe privilégiait cet animal car selon lui, « les lapins sont plus faciles à photographier en costume, mais sont incapables de prendre des postures de l’homme ». C’est donc le fait de positionner l’animal dans une posture humaine qui le rend risible.

Tout au long de son histoire, l’humanité a humanisé les animaux. L’anthropomorphisme a permis aux hommes de critiquer indirectement leur société – comme l’ont par exemple fait Ésope ou La Fontaine au travers de leurs fables. On pourrait également prendre pour exemple le caricaturiste Grandville – qui a d’ailleurs illustré les fables de La Fontaine. Grandville dessinait des hommes zoomorphes pour critiquer le contexte politique de son époque.

Grandville_leLoup_Et_Le_Chien

Illustration de la fable Le Loup et le Chien, par Grandville (Source)

Mais l’anthropomorphisme permet également aux hommes de rire d’eux mêmes, sans nécessairement chercher à critiquer la société. C’est d’ailleurs surement pour cela que les lolcats sont aussi populaires.

800px-Grandville,_Ombres_portées,_1830,_K63

Ombres Portées, Illustration de Grandville pour La Caricature, 1830. (Source)

 Une image à lire

Sans texte, un lolcat ne serait qu’une simple photographie de chat, et aurait beaucoup moins d’intérêt. Le texte associé au lolcat permet donc à celui qui le regarde de le lire.

L’association d’un texte nécessaire à une image renvoie au cinéma au début du XXème. En effet jusqu’à la fin des années 20, les cinéastes utilisaient des intertitres dans leurs films pour structurer l’expérience de leurs audiences. Pour cette raison, les intertitres et le texte des lolcats ne font qu’un avec l’image à laquelle ils sont associés, et doivent être différenciés des légendes d’images, qui permettent de donner des pistes de lecture ou des informations au spectateur.

The Ring

Photogramme tiré de The Ring, d’Alfred Hitchcock, 1927. (Source)

Toutefois, les intertitres étaient utilisés à cause des limitations techniques – l’utilisation du son au cinéma n’étant alors pas répandue. Par exemple, Alfred Hitchcock réalisa ses premiers films en muet, mais se mit à utiliser le son dés qu’il le pu. À l’inverse, les créateurs de lolcat font le choix de garder un support simple et restrictif, pour se concentrer d’avantage sur la rédaction du texte.

Aude Pontois, Katia Rambil et Aminata Fall

Publicités